Banshee – L’art du grotesque sublimé

(Cet article contient d’éventuels spoilers pour tous ceux qui n’auraient pas vu les trois saisons de la série.)

Vous savez ce que je préfère avec mes guilty pleasures – ces séries que l’on n’ose pas avouer regarder, voire apprécier ? C’est le moment soudain où, sans que l’on sache vraiment si c’est dû à la qualité intrinsèque et objective de la série ou à un changement de grille d’appréciation de notre part, ledit guilty pleasure passe de vilain petit canard à cygne majestueux, de chenille velue à splendide papillon. Et c’est exactement ce qu’il s’est passé avec la saison 3 de Banshee.

Lire la suite

Publicités